Marketing d’affiliation et diversification

marketing d'affiliationMarketing d’affiliation : Premiers pas et plein de questions

Entrepreneurs et professionnels indépendants évoquent souvent la nécessité (et l’intérêt) de diversifier leurs activités afin non seulement d’apporter — encore et toujours — plus de valeur à leurs clients, mais aussi pour assurer la stabilité de leurs revenus.

Je le vois bien, les années se suivent et ne se ressemblent pas : certaines années, la plus grande part de mon CA provient de la traduction, d’autres de la conception rédaction, et d’autres encore du conseil et de la formation.

Diversification par quels biais ?

La diversification peut aussi provenir d’un panachage entre revenus d’activité et revenus passifs. Ces derniers peuvent prendre différentes formes, que ce soit des droits d’auteurs sur des livres (numériques ou papier) que nous avons écrits, une rémunération d’apporteur d’affaires, ou encore de commissions sur les ventes dans le cadre de programmes de marketing d’affiliation.

Entre nous, le terme “revenus passifs” m’exaspère : dans tous les cas de figure cités ci-dessus, pas mal de temps et d’énergie ont été investis en amont avant d’espérer de gagner un centime de revenu en aval !

Une question de goût et de positionnement

J’étais allergique à l’idée même du marketing d’affiliation sur mes sites professionnels ou mon blog.

Je ne voulais surtout pas de bannières clinquantes qui feraient tache sur mon design Web épuré.

Je ne voulais pas découvrir un beau matin avec ma première tasse de café au lait des annonces qui n’ont rien à voir avec mon métier ou ceux de mes clients. Ce serait vulgaire, oui, c’est le mot, et nuisible à une image de marque construite sur la durée. Mes connaissances dans le domaine étaient limitées et antidéluviennes (c’est-à-dire en temps Internet de 3 ou 4 ans).

Je voyais encore dans ma mémoire le défilé non-maîtrisé en Flash d’une série de produits disparates.

Berk :-(

Recommandations et bouche à oreille

Les recommandations et le bouche à oreille sont les meilleurs atout de tout professionnel.

Au fil du temps, j’ai réalisé que mes recommandations et conseils ne se limitaient pas à mettre en selle des collègues pour des projets que je ne pouvais prendre en charge, mais aussi des produits et prestataires utiles à nos métiers ou ceux de mes clients. Moo, mon imprimeur, par exemple, est un cas d’école : ils ont gagné pas mal de nouveaux clients grâce à mes recos. J’y gagne rien, sauf rendre service (et c’est déjà bien !)

Petits premiers pas en marketing d’affiliation

Récemment, je me suis replongée dans le sujet pour voir si les produits et services que j’utilise et recommande faisaient partie de tels programmes, si je pouvais avoir le contrôle de ce qui figurerait sur ce blog afin d’en inclure quelques uns — triés sur le volet — sans mettre à sac le graphisme de ce site.

Banco.

Premiers pas avec Moo en début de semaine dernière, et je viens d’ajouter deux logiciels que j’utilise et recommande : Scrivener et MyScreenRecorder Pro.

Ce blog n’a pas vocation à devenir un site d’e-commerce, rassurez-vous. Si le fait de partager avec mes lecteurs des infos sur des produits ou service dont je me sers et qui pourraient leur être utile permet à ce blog de s’autofinancer au passage, pourquoi pas ?

Une promesse

Les liens promotionnels qui figurent dans la colonne de droite ont été choisis en toute connaissance de cause. Je suis cliente et me sers de ces produits ou services. Ce blog ne commercialiserait jamais des ressources qui me sont inconnues !

 

Et vous ? Avez-vous tenté le marketing d’affiliation ? Votre retour d’expérience serait intéressant à connaître !

 

 

 

 

Related Post

 

Tags: , , , ,

Comments

No comments so far.

  • Leave a Reply
     
    Your gravatar
    Your Name