Il était une fois un texte…

Il était une fois un texte qui partait à l’impression.

Son auteur avait passé des semaines à le peaufiner, agonisant sur le choix de mots clés et sondant divers relecteurs externes sur l’équilibre du texte et l’impression qu’il laissait à ses lecteurs.

Puis, le texte est a été confié à un traducteur pour que celui-ci fasse un miracle : lui concevoir son jumeau en anglais (ou toute autre langue, peu importe pour ce conte).

Le traducteur passa des jours et des nuits — mais sans avoir autant de loisir que l’auteur d’origine, bien sûr — pour pondre de toutes pièces un nouveau texte capable d’accomplir avec brio, pour un autre public, ce que la prose française se targuait de faire pour son lectorat local.

Le traducteur, aussi, agonisa sur le choix des mots pour trouver exactement le même registre et le même effet dans cette autre langue. Il restructura certains passages pour respecter les codes américains et substitua, le cas échéant, des exemples de culture populaire qui résonneraient avec cette autre cible. En collaboration avec son relecteur, il s’assura que tout était parfait, jusqu’à la dernière virgule, avant de le rendre à son client.

PAO  impression, et économies de bouts de chandelle

Le client a une équipe et des prestataires compétents,  serviables et bourrés d’initiative. Il a aussi un planning serré. Il choisit alors de passer outre la recommandation de son traducteur professionnel de lui laisser relire les épreuves avant que le document parte en impression.

Pensant bien faire, l’équipe de production corrigea les guillemets, les tirets, remit les espaces “oubliés”, coupa des mots en fin de ligne, corrigea des “fautes” d’orthographe, puis lança l’impression.

Le client se retrouva confronté à un choix pénible

  • Faire recorriger les épreuves et relancer l’impression (le coût, élevé, est connu).
  • Laisser diffuser un texte — qu’il souhaitait parfait — en son état médiocre (les risques de perte de crédibilité et de réputation sont importants, difficilement mesurables et souvent durables).

Clients, que feriez-vous ?


Clients, si vous souhaitez recevoir notre fiche mémo
sur les erreurs les plus courantes à éviter lors de l’impression
de documents en anglais américain, envoyez-nous un mél à
info[at]francoamericanquill[point]com

Related Post

 

Tags: , , , , , ,

Comments

No comments so far.

  • Leave a Reply
     
    Your gravatar
    Your Name